L’allaitement… entre autres

Ecrit par ptitoiseaudesiles
Publié dans: Grandes joies et petits désagréments, lumière sur
Commentaire (0)

Je ne vais pas reprendre ce que d’autres ont si bien expliqué… mais je vais vous donner les trucs, qui pour moi, marchent et marcheront encore un moment j’espère.

Les crevasses : Elles ont tenté de pointer leur nez à la maternité… mais heureusement, elles n’ont pas persisté. C’est vrai que c’est douloureux. Une crème compatible avec l’allaitement : Lansinoh, lanolin. Elle doit être appliquée en couche assez épaisse après chaque tétée. Si possible, il est même conseillé de laisser les seins à l’air libre.

Les coquilles : Avant la montée de lait, c’est le top. Elles protègent les mamelons du contact avec le tissu (soutient gorge / tee shirt) et ça fait un bien fou. Au démarrage des crevasses, elles m’ont permis de persister ds ma volonté d’allaiter. En revanche, une fois que la montée de lait a eu lieu, le mieux c’est d’avoir recours aux coussinnets.

Les coussinnets : Evidemment, je prône les coussinnets lavables, plus écolo que les jetables ;-) A utiliser, je pense, pendant tout la durée de l’allaitement. Ils évitent les fuites qu’on ne voit pas toujours venir. Attention à ne pas conserver des coussinnets humides… ça favorise les crevasses il me semble.

Le rythme : à la maternité, j’ai entendu différents sons de cloches mais en gros, la plupart des sages femmes s’accordent pour dire que c’est à la demande !!! Et oui, on ne sait pas comment bébé prend et si le lait est aussi nourrissant qu’il le devrait… Attention quand même : une tétée doit au moins durer 10 minutes.. et 10 minutes actives !

J’entendais l’autre jour, le témoignage d’une juene maman qui disait qu’elle s’était levé jusqu’à 14 fois ds la nuit !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Là, il faut consulter !!! Y’a forcément quelque chose qui cloche: le lait, la prise, les colliques, les angoisses du bb….

Par ailleurs, cette même personne disait regretter que personne ne lui ai dit la vérité sur l’allaitement : être à la demande du bébé, les crevasses… Je crois qu’il y a un manque évident d’informations de la part de cette maman. De plus, elle s’inquiète de l’état ds lequel elle va retrouver sa poitrine… Je crois que ça dépend de la nature de la peau (+/- élastique), de l’augmentation de la poitrine en prévision de l’allaitement…

Croire que c’est une partie de plaisir et se contenter de cette idée… est un peu naïf ! Maintenant, me concernant, c’est un choix que je ne regrette en rien… mais j’étais informée des « contraintes » et je me suis fait conseiller par les professionnelles à la maternité. Bref !

Le pédiatre homéopathe consulté pour les 3 semaines de loulou m’a même dit qu’il fallait, à chaque tétée, donner les 2 seins 10 minutes au moins. Je savais qu’il fallait alterner mais je ne savais qu’il fallait le faire au cours de la même tétée… vous le saviez, vous ? Ben c’est vrai que du coup, loulou s’endort repu et pas seulement parcequ’il est bien… duc oup, le rythme indiqué ci-dessous s’est imposé tout naturellement. Je disais donc qu’il faut aussi qu’il s’écoule au moins 3h entre 2 tétées car c’est le temps dont le corps a besoin pour fabriquer du lait de qualité (comprenez nourrissant).

Lui m’a donc indiqué des horaires (à -/+ une heure) sur lesquels il faut caler loulou à savoir : 6h30, 9h30, 13h30, 17h30, 20h30-21h, 1h (si a 1h, bébé ne s’est pas réveillé, il faut le mettre au sein). pour nous ça fonctionne pas mal.

L’homéopathie : Le pédiatre nous a prescrit le cocktail suivant, à donner à chaque repas : diluer un tube de Arnica + Nux Vomica + Opium + Stramonium dans 100 ml d’eau. Conservez au réfrigérateur et donner l’équivalent d’une cuillerée à chaque repas. Et aussi : Lachesis Mutus, à diluer dans une cuillerée d’eau et à donner une fois le mardi et vendredi.

Le ok (orth ?) : Si bébé est sujet au ok, il faut le faire boire verticalement et non horizontalement. De plus, à chaque tétée, qd on change de sein et quand la pause repas est terminée, il faut faire faire un rot au loulou. Ca lui évitera aussi des mots de ventre.

Le cordon : j’étais bien décidée à ne pas m’en charger… mais bon, je n’ai pas eu le choix. Et encore, j’ai eu de la chance, les sages femmes ont fait tombé le nombril à la maternité. Bref. En faisant les soins quotidiens (bisptine + éosine), je me suis rendue compte que ça saignait encore un peu. Bon ben, comme dit le pédiatre, faut pas s’inquiéter… c’est pas ce qui va déclencher une hémorragie. Il a de l’humour le pédiatre !!!

Depuis son arrivée…

Ecrit par ptitoiseaudesiles
Publié dans: Grandes joies et petits désagréments, Loulou
Commentaire (0)
  • Loulou est le centre de mon univers… faut dire, si jamais je me détourne de lui, comme pour me faire à manger, m’épiler (et oui, toujours ces maudits poils !) ou n’importe quoi d’autre, Rafael me rappelle que c’est lui qui décide de notre emploi du temps,
  • Je suis capable de faire des micro siestes et je m’endors régulièrement avant lui pendant la tétée,
  • Je passe des heures à le regarder… pas encore revenue du miracle, que dis-je de la merveille que nous avons fait,
  • Je suis moins « maniaque » (si tant est que je l’étais avant) et ça tombe bien, je n’aurais pas le temps de l’être,
  • Je suis à +4kg (contre 12 en fin de grossesse) !
  • Je rentre ds certaines fringues d’avant grossesse… bon, je rentre dedans, j’ai pas dit que c’était joli ou confortable. Au niveau du ventre, debout c’est presque nickel… assies, c’est, comment dire, encore un peu volumineux (y’a des bourrelets quoi !!!)
  • Je suis devenue une vache laitière… et j’aime ça (surtout la journée)
  • J’ai dit au revoir aux remontées acides… YES !!! mais pas aux boutons… OH !!!

Me revoilà !!!

Ecrit par ptitoiseaudesiles
Publié dans: Grandes joies et petits désagréments, Loulou
Commentaires (4)

Après plusieurs semaines sans pc, me revoilà enfin !!! Evidemment, des tas de choses se sont passées depuis… à commencer par l’arrivée de notre petit bout : Rafael.

Prévu le 8 février, nous avons anticipé sa naissance en la déclenchant le 4 février… on était pas à 4 jours près me direz vous…  En fait, quelques semaines avant la date prévue de l’accouchement, nous avon appris la mutation de Doudou dans le sud de la France (Perpignan). Au lieu de prendre 3 mois, sa mutation a été accelérée et il devait être sur place le 15. Moralité : pour avoir un peu de temps, ensemble, tous les 3 à la maison, on a choisi de faire venir loulou un peu plus tôt.

Et voici donc comment ça s’est passé :

Quelques minutes avant le départ pour la maternité...

Quelques minutes avant le départ pour la maternité…

8h45 : arrivée à la maternité, un peu stressée quand même d’autant que nous sommes tombés dans les embouteillages.

Dès 9h, on me branche au monito et à la perf d’ocytocine. Bon, j’avoue que j’étais un peu surprise : j’étais convaincue qu’on m’osculterait et qu’on me dirait d’aller faire un tour, marcher, monter les escaliers, histoire d’accélerer le travail…  Ben non ! Là, dans ma tête, je me dis : « ça y est, nous y sommes. Dans quelques heures, nous serons 3 ! » Ca fait tout drôle qd même !!!

Et là, on m’osculte (comprenez : on verifie la dilatation du col… ça ressemblait davantage à un feast vaginal qu’à un toucher) une fois, deux fois… sept fois ! Aïe, aïe, aïe !!!

La sage femme me propose la péridurale au bout d’une heure. J’ai refusé ! Ben oui, j’avais des contractions, d’après le monito, mais elles étaient non douloureuses… alors, être sous péri alors que je n’avais rien senti ! Je voulais quand même savoir ce que ça fait les contractions… les vraies.

Je patiente donc encore. J’ai arrêté de compter les touchers vaginaux… ça sert à rien, ça fait mal et surtout le travail n’avance pas : toujours 1 cm de dilatation. Du coup, on passe le temps. Doudou roupille, moi aussi par intermittence. Je bouquine aussi (Millénium 2 ; toutes les personnes qui entrent me font un commentaire sur le bouquin, à croire que toute la maternité l’a lu).

une étudiante en osthéo passe me voir et me propose de participer à une étude… pourquoi pas ?! Ca passera le temps et ça ne peut pas faire de mal. Elle m’osculte à son tour, tout en douceur, et fait à peine pression sur les os de mon bassin. C’est très agréable. Je ne saurais qu’après l’accouchement si j’ai fait parti du group testé ou du groupe traité.

12h30 : les premières contractions douloureuses font leur apparition… ben, ça fait comme tout le monde le dit : comme des douleurs de règles. Là on me convainc de faire la péri en espérant que ça fasse avancer le travail.

12h45 : l’anesthésiste arrive. Là, je balise à mort !!! Je crois que je crains plus la péri que l’accouchement. Doudou est remercié et expédié ds le couloir pour attendre. Punaise : moi qui pensais qu’il me tiendrait la main… KEDAL ! Préparation du champs, 1ère piqure pour anesthésier la zone. Franchement, ça fait pas mal… mais ça surprend ! Et tout de suite après, 2ème piqure. J’étais morte de trouille (« mais il est barge ce doc !!! la 1ère piqure n’a pas eu le temps de faire effet ! je vais douiller à mort !!! c quoi ce con qui connait pas son taf !!! AU SECOURS !!! ») Ben j’ai rien senti !!! Le doc me dit : je passe le cathéter… ça y est ! Ca a pris 1 min et hop, déjà le doc fixait le tout avec des bandes qui collent… Finalement, la péri, c rien !

J’ai les jambes super lourdes d’un coup, j’ai très froid et 5 min plus tard, je fais une chute de tension… loulou aussi, le monito indique qu’il n’aime pas bien ce qui se passe. Je dois me mettre sur le côté gauche et on me met sous oxygène. On me donne aussi du magnésium, qui passe très vite et aussitôt j’ai très chaud aux joues et plus bas aussi… genre 45° à l’ombre, ça chauffe !

Bref ! Le temps passe… et rien ne se passe. Au bout de 7h, j’en suis toujours au même stade ! Là, je commence à baliser : ça sent la césarienne !!! JE VEUX PAS !!!

Une deuxième sage femme arrive et après un énième toucher, elle m’encourage en me disant qu’on en est à 3 voir 4 de dilatation.. WAHOUUUUUUU !!! 

A deux, elles arrivent à faire bouger le col… Ellles négocient donc par téléphone avec ma gynéco pour attendre encore 1h avant de se décider pour la césarienne. Et là, tout s’accélère… un, deux toucher (je sais plus, je ne compte plus) un coup de fil à la gynéco pour lui dire de débarquer… on est à 8 (enfin, je suis à 8) et c’est imminent.

Et là, je sens la deuxième gerboulade de toute ma grossesse qui pointe son nez… Doudou me tient les cheveux, la main et la bassine. La grande classe… et moi, je gerbe !

La gynéco arrive et déjà on me demande de pousser… bah, j’veux bien mais je sens rien ! Alors on m’indique quand pousser et c parti ! Au départ, je ne m’y prends pas comme il faut… du moins ce n’est pas super éfficace. Alors, on me guide, on m’expique et à la contraction suivante, suis super opérationnelle !!! « c’est bien Mme R, c’est génial ce que vous faites »… Est ce que vous connaissez le sketch de Antonny Kavananagh sur l’accouchement ? Ben, j’y ai pensé à ce moment précis…

Bref ! 4 contractions et une épisio plus tard, loulou était là. Il a fallu aller le chercher aux forceps… mais tout s’est bien terminé.

On me l’a rapidement présenté et il a filé avec son papa pour les 1ers soins. j’ai d’ailleurs trouvé ça assez long… De mon côté, on en était à la délivrance, comprenez l’expulsion du placenta. Ensuite il a fallu recoudre l’épisio et le col… et oui, dans le feu de l’action, ce dernier a été abimé en 3 endroits et il a fallu faire des points de suture. Bon, on ne sent rien, c’est déjà ça. A la fin, la gynéco m’a tout de même annoncé que pour le prochain bébé, je n’échapperais pas à la césarienne sous peine de voir l’utérus se déchiré.

L’essentiel est que Rafael soit arrivé par voie basse et que tout se soit bien passé… pour le prochain, on verra en temps et en heure.

Au bout d’un moment, mes deux hommes sont qd même de retour… je le trouve beau mon loulou… même si les forceps ont laissé des marques et pas des moindres sur son visage !!!

On finit par m’installer ds ma chambre, 1ère mise au sein. Il semble connaitre le chemin jusqu’au garde manger et maitrise déjà bien la suscion. A nous deux, c’est sûre, on va y arriver !!!

Papa est très fier, maman aussi. Je ne sens pas vraiment la fatigue mais qd on me dit qu’il va passer la nuit en néonat, histoire de me laisser me reposer, j’avoue que je ne dis pas non malgré une pointe de remords, je suis les conseils donnés : faire une bonne nuit avant d’attaquer les choses sérieuses.

Au fait, Rafael mesurait 52 cm et pesait 3kg210 à la naissance !