La science des bébés

Explications scientifiques aux mytères de la conception!

 

Réflexions sur les vaccins…

 

Les vaccins sont statistiquement sécuritaires et sans effets secondaires notables pour la majorité de la population (environ 90%). Trois éléments vont les rendre carrément dangereux. Ces trois éléments sont assez répandus pour qu’on fasse du cas pas cas au lieu de vaccinations systématiques.

Quand un vaccin est-il réellement dangereux?

1) Chez une personne ayant des faiblesses au niveau neurologique et chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli.

*** Chez un bébé de 2 mois, peut-on réellement savoir si son système immunitaire est en parfait état de recevoir un vaccin ou ses composantes. S’il a un trouble neurologique léger, est-ce que c’est possible qu’il ne soit pas encore diagnostiqué? Par exemple, aux États-Unis, les nouveaux nés reçoivent le vaccin contre l’hépatite B avant de sortir de l’hôpital (pas obligatoire, mais la majorité des parents ne le savent pas). Une des composantes du vaccin est un dérivé de levure. On ne le sait pas encore, mais si bébé est allergique à la levure… qu’est-ce qui arrive? = http://iansvoice.org/default.aspx

2) La quantité de vaccins reçus. On assume que les produits toxiques dans les vaccins sont inoffensifs, car ils sont en trop faible quantité. On maintient des taux d’adjuvant et d’agent de conservation très faibles en supposant qu’ils seront évacués par le corps humain. Je vous réfère ici au calendrier de vaccination… À un an, bébé recevra 4 doses de vaccins (pour immuniser contre 6 maladies) et le dernier sera le 9e vaccin de sa première année… Accepteriez-vous d’en recevoir autant en une année? Ou même 4 en une seule fois? Est-ce possible que le corps d’un bébé de 12 mois soit incapable d’assimiler autant de vaccins? Oui, dans 10% des cas, à différent niveau d’intensité.

3) Finalement, il y a l’erreur humaine. Des vaccins mal entreposés, mal préparés ou mal administrés.

Du cas par cas, c’est évaluer les pours et les contres. Le potentiel de risque que notre enfant se retrouve dans le 10% des cas problématiques ou le risque qu’il ait des complications après avoir contracter une maladie genre rubéole.

L’important, c’est de se faire une tête et de se poser des questions. Il faut être à l’aise avec ses choix, que ce soit de suivre le calendrier de vaccination ou pas.

On veut voyager avec les enfants. Pas tout de suite, car on veut qu’il soit assez vieux pour vraiment en profiter et en garder de bons souvenirs. Et assez vieux pour que j’ai une bonne connaissance de leur santé en générale. À ce moment là, j’irai voir les stats des pays que je veux visiter et je ferai du cas par cas.

 

Étude comparative entre les naissances supervisées par une sage-femme et les naissances en hôpital

 

Dans le numéro courant (septembre 2009) du Canadian Medical Association Journal Outcomes of planned home birth with registered midwife versus planned hospital birth with midwife or physician.
, les résultats d’une étude faite en Colombie-Britanique sont présentés. Trois groupes ont été comparés:
1- 2889 femmes qui ont accouché à la maison avec sage-femme (Donc, grossesse pas considérée comme à risque)
2- 4752 femmes qui ont accouché à l’hôpital mais qui remplissaient les mêmes conditions qu’un accouchement à la maison(Donc, grossesse pas considérée comme à risque)
3- 5331 femmes qui ont accouché à l’hôpital, toutes conditions confondues (groupe témoin)

Les résultats: (avec une marge de confiance de 95%)
Mort périnatale =
Groupe 1: 0.35%
Groupe 2: 0.57%
Groupe 3: 0.64%

Il a aussi été observé que les femmes qui ont accouché avec Sage-Femme ont significativement moins de d’interventions et de troubles liés à l’accouchement:

Women in the planned home-birth group were significantly less likely than those who planned a midwife-attended hospital birth to have obstetric interventions (e.g., electronic fetal monitoring , relative risk [RR] 0.32, 95% CI 0.29-0.36; assisted vaginal delivery , RR 0.41, 95% 0.33-0.52) or adverse maternal outcomes (e.g., third- or fourth-degree perineal tear , RR 0.41, 95% CI 0.28-0.59; postpartum hemorrhage , RR 0.62, 95% CI 0.49-0.77).

Donc, il n’y a absolument pas plus de risques, pour une grossesse normale, d’accoucher avec une sage-femme qu’à l’hôpital ET au contraire, l’expérience risque fort d’être plus simple avec moins de complications! En voici la preuve médicale :-)

Ajout:

L’article a été écrit par des sage-femmes, des obstétriciens, des médecins de famille et des pédiatres:

From the School of Population and Public Health (Janssen), the Departments of Family Practice (Klein) and Obstetrics and Gynecology (Janssen, Liston) and the Division of Midwifery (Saxell), Faculty of Medicine, University of British Columbia, Vancouver, BC; the Child and Family Research Institute (Janssen, Klein, Liston), Vancouver, BC; the Nightingale School of Nursing and Midwifery (Page), King’s College, London, UK; the Department of Pediatrics (Lee); and the Integrated Centre for Care Advancement Through Research (Lee), University of Alberta, Edmonton, Alta.

 

Ma visite à la maison des naissances Colette-Julien

 

La maison des naissances correspondait bien à mon idéal d’accouchement. Déjà que j’étais vendue à l’avance (j’ai plus peur de me faire enfoncer une grosse aiguille dans le dos –péridurale- que de la douleur de l’accouchement). Alors, les grandes chambres, les lits doubles, le grand bain tourbillon, la cuisine (les aides natales venaient tout juste de faire des croissants…), je suis tombée sous le charme! Toutes mes rencontres de grossesses se feront avec des sages-femmes car elles peuvent faire tous les prélèvements nécessaires et prescrire des échographies. Avec elles, on évalue exactement les mêmes choses qu’avec les médecins, mais en prenant plus notre temps (une rencontre dure au minimum 45 minutes) et en favorisant la discussion et l’intégration des autres membres de la famille (conjoint, enfants, …) .

En passant, voici un petit extrait du site de l’ordre qui pourrait vous éclairer :

Les services qu’on peut recevoir d’une sage-femme sont les suivants :

  • tous les soins et services professionnels requis pendant la grossesse, le travail et l’accouchement et tous les soins et les services professionnels requis durant les six premières semaines de la période postnatale pour la mère et pour l’enfant (Loi sur les sages-femmes L.R.Q. c. S-0.1)
  • la sage-femme surveille et évalue la grossesse, le travail, l’accouchement et les six premières semaines de la période postnatale, par l’application de mesures préventives et par le dépistage de conditions anormales chez la femme et son enfant;
  • la sage-femme pratique l’accouchement spontané;
  • la sage-femme peut pratiquer une amniotomie, c’est-à-dire une rupture artificielle des membranes amniotiques, une épisiotomie et sa réparation, ainsi qu’une réparation d’une lacération ou déchirure du premier et deuxième degré du périnée.
  • En cas d’urgence et dans l’attente de l’intervention médicale requise, la sage-femme peut:
    • appliquer la ventouse;
    • pratiquer l’accouchement qui se présente par le siège;
    • pratiquer l’extraction manuelle du placenta et la révision utérine manuelle;
    • Procéder à la réanimation de la mère ou du nouveau-né.
  • La sage-femme peut prescrire ou administrer un médicament selon une liste détaillée;
  • La sage-femme peut prescrire, effectuer ou interpréter un examen ou une analyse selon la liste adoptée par règlement, tels que l’échographie obstétricale et les tests sanguins de routine.

En plus, la sage-femme qui nous a informés nous a montré leur incubateur, la table de réanimation, les instruments qu’elles ont pour la suture, etc… Bref, mes craintes ont disparues, et celle de mon chum aussi! D’ailleurs, il a été génial, a posé plein de questions et a aussi craqué pour les lits doubles (une de nos amies vient tout juste d’accoucher à l’hôpital et son chum a dû dormir 3 jours sur un fauteuil…).

Bref, c’est vraiment un endroit chaleureux, sécuritaire, ordonné et je ne vois pas pourquoi je me priverais d’une aussi belle expérience… sauf si, évidemment, ma grossesse serait considérée comme à risque :-(.

Je comprends que certaines filles soient inquiètes et plus sécurisées à l’idée d’accoucher à l’hôpital. Mais il ne faut pas croire qu’une naissance à l’hôpital soit sans risque. Et rappelez-vous que chaque intervention peut entraîner son lot de complications, et en plus, à l’hôpital, c’est plein de gens malade… http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/faitsdivers/archives/2008/07/20080711-170708.html

 

Bélou est arrivé!

 

Voilà… après seulement deux cycles d’essais et une dose quotidienne de maca, je suis maintenant enceinte de deux semaines!!!!!

Bonne chance à toutes!!!

 

Bonjour tout le monde !

 

Bonjour à tous!

J’en suis à mes premiers essais pour bébé1. Curieuse comme tout, j’ai passé beaucoup de temps sur les forums pour m’informer sur la fertilité et la conception. Toutefois, j’y ai vu un problème…. Comme je suis scientifique (géographe et océanographe), les trucs de grand-mère, c’est pas trop mon fort…. Sur ce blog, je mettrai le fruit de mes recherches, bien vulgarisé évidemment! avec les références scientifiques nécessaires!

Au besoin, n’hésitez pas du tout à me copier-coller! Je vous demandrais cependant de toujours ajouter le lien vers mon blog lorsque vous me citerez… Merci ;-)

Bonne lecture, et surtout, tous commentaires ou questions sont les bienvenus!!!

Marie-Pier

Ma courbe ménothermique

 

1ère étape = La glaire cervicale

 

Ce mucus vaginal est primordial dans le processus de conception d’un bébé. Sans la glaire, l’arrivée des spermatozoïdes dans le vagin serait une espèce de film d’horreur où ceux-ci seraient détruis par l’acide et complètement inapte à la reproduction. Heureusement, le corps humain est mauditement bien fait! Voici comment la glaire cervicale joue un rôle sur la fertilité en 4 étapes¹:
1) Protéger les spermatozoïdes du vagin: la glaire est moins acide que le vagin et elle empêche les spermatozoïdes d’être en contact avec cet environnement inospitalier.

2) Quand les spermatozoïdes entre dans le vagin, ils sont recouverts d’une espèce de membrane protectrice. Elle doit être retirée pour que les spermatozoïdes puissent féconder l’ovule. Le temps de séjour des spermatozoïdes dans la glaire leur permet de se débarrasser de la membrane.

3) La glaire permet aussi l’élimination des spermatozoïdes inaptes (anormaux ). Seuls les plus sains se rendront jusqu’au bout!

4) La glaire permet aussi d’entreposer les spermatozoïdes, en les gardant fertiles, le temps de se débarrasser de leur membranes encombrantes.

Bref, c’est une espèce de halte de ravitaillement pour spermatozoïdes!!! :-D

¹Patrat C, Serres C.  La capacitation in vivo : influence de l’environnement féminin.  Gynecol Obstet Fertil (2009),  doi:10.1016/j.gyobfe.2009.04.009

 

Les courbes de température et l’heure de la mesure

 

Depuis quelques temps, je me réveille vers 4h00 du matin. Comme je me lève souvent pour aller au petit coin, j’ai décidé, depuis 2 jours, de prendre ma température à 4h00. Ma température était pas mal basse…Alors, je me suis plongée dans la science du sommeil pour comprendre ce qui se passe:

En me réveillant à 4h00, je quitte brusquement mon sommeil paradoxal. Pour que mon corps soit dans ce type de sommeil, ma température corporelle doit être plus basse qu’à l’habitude. Normalement (sans réveil nocturne), ma température augmenterait tranquillement jusqu’à mon réveil réel le matin (7h00 en ce qui me concerne). ¹

Donc, en prenant ma température si tôt, elle n’est pas représentative de ma température basale. Dans le meilleur des cas, je dois retenir mes envie de pipi et me rendormir….. pas trop évident!

Conclusion, que vous vous réveillez à 5h30, 8h00, 9h00 ou peu importe, l’important est l’état dans lequel vous êtes. Si vous êtes engourdie et que votre dernier rêve est encore très frais dans votre tête, il se peut que vous veniez tout juste de sortir du sommeil paradoxal. Votre température sera alors un peu plus basse que la normale.
Par contre, si vous n’avez pas trop de difficulté à vous réveiller, ou si ça fait déjà un moment que vous êtes réveillé et que vous flânez simplement au lit, votre température devrait être la bonne! Mais attention, votre température basale (réelle) sera quand même influencée par vos activités (par exemple, une privation de sommeil).¹

Bons essais à toutes!!http://www.dreamstime.com/basal-thermometer-image1359358

1: C. Simon, C. Gronfier, J. L. Schlienger and G. Brandenberger (1998), Circadian and Ultradian Variations of Leptin in Normal Man under Continuous Enteral Nutrition: Relationship to Sleep and Body Temperature, The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism Vol. 83, No. 6 1893-1899

 

Maca

 

Producteur péruvien

Le maca est une racine péruvienne qui pousse dans les environnements extrêmes à de très hautes altitudes. Les péruviens et les péruviennes l’utilisent depuis le début des temps afin de régler des problèmes de fertilité, d’humeur et …. de performance sexuelle! C’est bien beau les remèdes de grand-mères, mais comme je suis scientifique, j’ai poussé plus loin les recherches.

Depuis le début des années 2000, des études portant sur des souris, puis sur des hommes, ont montré (sans pouvoir toutefois expliquer) que le maca permettait d’augmenter les aptitudes sexuelles des hommes (meilleures performances et temps de repos plus court)¹ .

Pour les femmes, le maca agit comme régulateur hormonal ² aidant à prévenir les dépressions liées au cycle hormonal (par exemple, la ménopause³) et comme agent favorisant la fertilité 4.

Dans toutes les études, aucun effet secondaire n’a été observé. Dans les forums de discussion, les effets décrits sont: Une régulation des cycles hormonaux (même pour les femmes ménopausées!!), une augmentation de la libido (homme et femme), une plus grande facilité (rapidité) à concevoir, plus d’énergie, de concentration et une peau plus saine.

J’ai trouver du maca dans les magasins Le Naturiste. Il était disponible en comprimé et en poudre. Mais je crois qu’il est accessible dans tous les magasins de produits naturels. Je vous déconseille, comme pour tous les produits naturels, de commander par internet…

¹Journal of Ethnopharmacology, Volume 75, Issues 2-3, May 2001, Pages 225-22

²International Journal of Biomedical Science 2(1), 15-29, Feb 15, 2006

³International Journal of Biomedical Science 2(3), 260-272, Sep 15, 2006

4 Reproductive Biology and Endocrinology 2005, 3:16