Les conseils pour accoucher plus tôt

Posté le 23 avril, 2013 par misslaure

Quelle semble interminable, cette fin de grossesse ! Ça fait bien huit longs que la future Maman fait connaissance avec ce petit bout de femme / homme. Ce n’est pas facile de se dire que du jour au lendemain, tout sera « fini ». C’est peut-être aussi pour cette raison qu’on a l’impression qu’on n’accouchera jamais et qu’on finira toute notre vie avec ce gros bidon. Mais revenons à la raison ! Cette fin d’histoire est carrément impossible.

Et oui ! Ce magnifique bébé finira par montrer le bout de son nez un jour ou un autre.

 

En gros, si bébé nait avant les 36 semaines d’aménorrhées (SA), il sera considéré comme prématuré. Mais pas de panique, beaucoup de bébé s’en sortent très bien. A partir de 37 SA, bébé est considéré comme étant « à terme ». Une grossesse dure en moyenne entre 40 et 41 semaines (SA). Donc les quelques 4-5 semaines qui lui restera, c’est pour prendre des forces (du gras), fignoler quelques petits détails, se faire beau /belle.

Le dernier mois, c’est donc le mois où tout peut arriver. La valise pour la maternité doit être prête (ou quasi) car le départ peut être imminent. Sachant cela, c’est à partir de ce moment que commence le jeu de patience. Évidemment, pour les mamans « déjà mamans », on ne peut même pas se calquer sur ce qui est arrivé avec la première grossesse : les enfants sont tous différents, et les grossesses aussi.

 

Patience, patience… C’est bien beau tout ça mais existe-t’il des techniques, des trucs et astuces pour aider Bébé à se décider ? Et bien non, malheureusement pas vraiment. Je vais cependant vous citer quelques-unes des « techniques » que j’ai pu glaner autour de moi, histoire de vous divertir un peu et de passer un peu le temps :)

 

  • la marche ou l’exercice physique : le fait de faire bouger le bassin va encourager avec la pesanteur la tête de Bébé à s’engager et à descendre,
  • le sexe (méthode italienne) : hormones du plaisir et sperme pourraient avoir une action sur l’ouverture du col,
  • la caresse des tétons : pareil… hormone du plaisir…
  • les pensées positives : bah oui, pourquoi pas inciter Bébé à descendre et sortir… (tu descends et tu sors…)
  • le ménage : il parait que quelques jours avant la naissance, l’instinct de nidation nous pousse à faire le grand ménage pour accueillir Choupinou / Choupinette – les mouvements vont aussi aider à faire descendre Bébé,
  • la lune, la neige : il parait que 3 jours avant et 3 jours après la pleine lune et davantage encore le jour de pleine lune, les services de maternité sont pleins, il en va un peu de même avec la météo enneigée,
  • les plats épicés : on dit que manger épicé déclencherait des contractions…
  • prendre son mal en patience et profiter des derniers moments (on n’est pas toute sa vie enceinte !)

 

Je serais ravie d’ajouter vos idées à cette liste non exhaustive (j’en suis sûre) mais j’ai entendu quelque part qu’une pomme ne tombait de l’arbre que lorsqu’elle était mûre, il ne nous reste plus qu’à nous reposer pour être en pleine forme pour ce « marathon » qui nous attend d’ici quelques jours. A l’heure où tout va plus vite (le train, Internet, la vie en général…), on aimerait bien aussi qu’il en soit de même pour cette merveilleuse étape de la vie. L’acharnement n’y changera rien, Bébé viendra quand Bébé sera prêt !

Les contractions de Braxten Hicks

Posté le 24 janvier, 2013 par misslaure

Ces « fausses » contractions ont tiré leur nom du Docteur Anglais John Braxton Hicksqui les a décrites en 1872. Il s’agit d’une contraction de l’utérus qui se traduit par un durcissement de ce dernier. Elles surviennent dès la sixième semaine de grossesse mais ne sont ressenties qu’au milieu de la grossesse. Elles peuvent même passer inaperçues, ce qui fut le cas pour ma première grossesse. Elles sont censées préparer le corps à l’accouchement, sans toutefois dilater le col de l’utérus.

Ces contractions ne sont pas douloureuses, elles durent environ 30 secondes. Elles procurent une sensations de « resserrement » du bas-ventre et personnellement, j’ai presque l’impression qu’elles me coupent le souffle.

Il s’agirait d’une sorte de « gymnastique naturelle » qui entraine et maintient le tonus de l’utérus. Elles prépareraient au futur travail. Elles doivent cependant rester « rares », c’est-à-dire ne pas survenir plus de 1 ou 2 fois par heure maximum et quelques fois dans la journée, contrairement aux « vraies » contractions plus régulières, dont l’intensité, la fréquence et la douleur augmentent au fur et à mesure.

De mon côté, j’en profite pour m’entrainer à « respirer » pendant ces contractions et à utiliser d’autres techniques de préparation à l’accouchement.

Bilan du cinquième mois

Posté le 3 janvier, 2013 par misslaure

Je le sentais… je le savais… cinquième mois, le mois de la prise de poids ! J’en suis à la dernière semaine du cinquième mois en ce tout début de janvier 2013. Je viens de me peser et de constater que je me suis pris 1kg par semaine ! Pas de réelle surprise ici étant donné que je sens mon ventre qui tire, qui tiiiiiiiiiiire… Notre petite « Antoinette » grandit et prend du poids, c’est sûr ! Pour preuve, mes kilos qui s’accumulent, mon ventre qui n’arrête pas de s’arrondir.

C’est bon signe, me direz-vous ! « Choupette » est en pleine forme. J’espère juste ne pas continuer à prendre 1 kg par semaine pour les quelques 16 qui restent… Bilan de fin de cinquième mois : + 5 kg.

22 semaines

Posté le 20 décembre, 2012 par misslaure

22 semaines… voilà où j’en suis aujourd’hui, samedi 21 décembre, « jour de la fin du monde » ! Passons donc à autre chose que cette vision pessimiste ! J’ai passé le cap de la moitié de ma grossesse et notre petite « Antoinette » se porte à merveille. Nous avons aussi surnommé notre future petite crevette Antoinette suite à notre premier enfant, Antoine. Ça l’a fait rire quand je lui ai demandé quel prénom on allait choisir et s’il aimait « Antoinette »… Du coup, on a adopté pour les quelques prochains mois à venir. Il va s’en dire que ce prénom fictif restera provisoire ! ;-)

Tout se passe bien : les nausées sont parties, je grossis du bidon, je prends du poids, j’ai eu ma première visite avec la sage-femme et l’obstétricien de la maternité, le cœur d’Antoinette bat comme il faut et elle gigote dans tous les sens (y compris sur ma vessie de temps en temps).

Niveau poids, j’étais assez contente de ne pas trop prendre (+ 3kg hier) mais je crois que le cinquième mois va voir ma courbe décoller. J’ai plus d’appétit ces quelques dernières semaines mais c’est pour la bonne cause. Aujourd’hui, on ne peut plus vraiment louper mon ventre arrondi. D’ailleurs, ça ne me fait pas forcément sourire d’entendre « tu es grosse » (= « you’re big », c’est différent de « you’re fat » !) – j’en suis quand même à la moitié de mon cinquième mois ! Bébé mesure environ 20 cm. Il faut bien que ce bébé prenne un peu de place. Enfin… J’ai le droit de prendre jusqu’à 18 kg, j’ai de la marge. lol

 

Source : www.histoiredebebe.com

Les enfants et la télévision

Posté le 25 novembre, 2012 par misslaure

Que faites-vous quand vous voulez avoir un peu la paix ? Vous rentrez de votre journée de travail et il faut encore s’occuper des enfants, du repas. C’est si simple de les poser devant la « télé » qui va servir de « nounou », juste un petit peu. Mais en tant que « bons parents », je suis sûre que vous culpabilisez, comme moi. On ne sait pas trop pourquoi mais on sait que les enfants ne doivent pas trop regarder ce petit écran.

Personnellement, j’ai remarqué que c’était toujours plus difficile de le décoller de cette lumière hypnotisante que de lui dire « Joue plutôt avec tes voitures ! ». Les deux demandent  un effort de ma part. C’est pourtant si facile d’appuyer sur le bouton pour allumer… et être tranquille…

Lire la suite sur www.histoiredebebe.com

Après avoir expérimenté quelques comportements rebelles de mon fiston adoré au moment d’éteindre le poste, je me suis quand même interrogée sur les conséquences de cet objet moderne. J’ai fait quelques recherches sur Internet et je dois vous avouer que tous les experts et chercheurs sont d’accord sur un point : la télévision est nocive pour nos p’tits loulous.

Maintenant, je ne veux pas être alarmiste et vous dicter votre conduite mais j’espère vous faire réfléchir un petit peu sur les conséquences de nos actes. Certains comparent la nocivité de la télévision sur le développement de l’enfant à celle de la cigarette lors de la grossesse (Peter Winterstein). En tous cas, toutes les études récentes démontrent enfin le lien entre la TV et les nouveaux troubles de l’enfance. Elle perturbe le développement intellectuel et cognitif des enfants. Elle a des effets négatifs sur la santé et les rendrait moins intelligents.

Il n’est pas difficile de trouver des études sur le Web, en Français et surtout en Anglais (évidemment). Voilà donc un petit condensé de ce que j’ai pu récolter :

  • La télévision émet des ondes dites « alpha » qui ont tendance à nous plonger dans un état léthargique, proche de l’hypnose – contrairement aux ondes « bêta » qui éveillent,
  • La télévision affecte sa faculté d’imagination : un chercheur allemand, Peter Winterstein, a étudié pendant 17 ans les dessins de 1900 enfants et a pu constater que plus les enfants regardaient la « télé » et plus la qualité, la précision et les détails des dessins s’appauvrissaient. D’ailleurs, voici un exemple de dessins d’enfants dans une même classe… ils parlent tout seuls, vous ne trouvez pas ?!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La télévision diminue la capacité à se concentrer et à apprendre. Une enquête néo-zélandaise (2005) a démontré que plus les enfants passaient du temps à regarder le petit écran et plus le niveau d’études était bas. Les enfants qui regardent donc la TV le matin avant de partir à l’école entament leur « capital concentration » dont ils auront besoin pour bien travailler et apprendre le reste de leur journée. Elle perturbe leur attention.
  • La TV perturbe aussi le sommeil en augmentant les cauchemars et en diminuant la qualité du sommeil (réveils nocturnes).
  • Elle favorise l’obésité. Les enfants qui regardent plus de 4 heures par jour sont statistiquement plus gros que ceux qui la regardent moins de 2 heures par jour : plus d’activités, moins de masse graisseuse. Le manque de sommeil d’ailleurs entraine des troubles des mécanismes de digestion et d’assimilation des graisses.
  • La TV augmente les comportements violents car elle transforme la vision du monde. Imaginez un lion qui baille et qui montre ses grosses canines… Comment interpréter ce bâillement pour un petit ? Sans parler des programmes non adaptés aux petits yeux…

En moyenne en France, les 4-14 ans regardent la télévision 4h 11 minutes, et pour certains, des programmes non adaptés car l’enfant regarde le programme familial.

Les professionnels de la petite enfance sont d’accord sur un point : la télévision est particulièrement déconseillée aux enfants de moins de 3 ans, même en arrière-fond. Le bébé reste trop passif, inactif. Elle entraine des difficultés de scolarisation et des mauvaise habitudes alimentaires (publicités).

Après 3 ans, les parents peuvent l’utiliser avec précaution en définissant la durée quotidienne et à condition de participer et de critiquer les images. A retenir toutefois que chaque heure passée devant le petit écran diminuera l’intérêt en classe et retarde le développement.

Après avoir lu toutes ces informations, j’espère que comme moi, vous aurez moins de remords à dire « NON » à la télé et « OUI » aux jeux, coloriages et autres activités moins modernes… Je vous le promets, ça marche ! Vous pouvez le faire ! ;-)

 

Source : www.psychologies.com

Enceinte et gastro

Posté le 11 novembre, 2012 par misslaure

J’aurais du m’en douter… il ne se passe pas une année sans que je « chope » ce satané virus de la gastro ! Enceinte ou pas, il n’y a pas d’immunité.

Je ne veux pas rentrer dans les détails mais le réveil en sursaut au beau milieu de la nuit… les multiples rendez-vous avec les toilettes et la bassine…

D’habitude, j’appréhende particulièrement les vomissements. Cette fois-ci, c’était différent. Étant enceinte de 4 mois, cela faisait plusieurs semaines, voire mois, que j’avais régulièrement des nausées (et pas que matinales). En général, elles s’accentuaient au moindre signe de fatigue ou de faim.

Dans un sens, cette gastro m’a permis d’enfin exprimer mes envies : je me suis presque sentie soulagée de pouvoir me lâcher pleinement, sans retenue ! Depuis cet événement, je trouve même que mes nausées se sont clairement atténuées.

Maintenant que faire quand on a la gastro en étant enceinte ? Et bien malheureusement, prendre son mal en patience. Les médocs étant quasiment tous prohibés pendant cette période excitante de la vie d’une femme, les seuls remèdes que j’ai pu prendre sont : Smecta (anti-diarrhéique), les solutions de réhydratation (apaisent les nausées et compensent la perte de liquide due aux vomissements et diarrhée) et le repos. Les gastro-entérites sont des maladies causées par des virus. Il faut faire preuve de patience et attendre quelques jours (maximum) que le virus soit évacué.

Un petit conseil : pendant cet épisode disgracieux, pensez à bien nettoyer à fond et très régulièrement vos mains, vos toilettes (Javel), vos vêtements, votre vaisselle (lave-vaisselle).

Petite grenouille ou petit koala

Posté le 11 novembre, 2012 par misslaure

Oui, mes chers amis, vous comprenez bien, notre petite famille va s’agrandir courant 2013 (avril pour être plus précise). Antoine va être grand frère et son monde de petit prince va bientôt changer pour toujours.

Je dois vous avouer que mon cher-et-tendre et moi avons été un peu pris au dépourvu en considérant la rapidité de la conception, rien à voir avec Antoine. Nous pensions pouvoir nous « entrainer » un petit peu mais que nenni ! La « crevette » est déjà bien installée.

Comme pour mon premier, je me suis rendue compte assez rapidement que j’étais enceinte : seins qui chatouillent, gonflent puis picotent (limite sensation de montée de lait), quelques tensions dans le bas-ventre, l’apparition de quelques faibles nausées, changement d’humeur, fatigue, essoufflement, hypersensibilité et évidemment (léger) retard de règles. J’ai fait un test urinaire qui ne s’est pas franchement avéré positif (ni complétement négatif, d’ailleurs). J’ai alors patienté quelques jours avant d’avoir l’opportunité d’aller chez un médecin. Là, je lui explique ce qui m’arrive. Je refais un test urinaire… négatif ! Un peu désemparée, je ressors avec une prise de sang à faire que je m’empresse d’exécuter. Il faut encore attendre. J’ai la réponse le lendemain, via mon GP (médecin général). Je suis bien enceinte de 4 semaines et 4 jours (semaines d’aménorrhée).

Aujourd’hui, j’en suis donc à 16 semaines et je meurs d’envie de l’annoncer à tout le monde depuis plusieurs semaines. C’est maintenant chose faite. La première échographie a été réalisée hier et Bébé se porte à merveille. Il semblerait qu’il s’agisse encore d’une fripouille qui gigote et se cache…

Je peux aussi vous avouer qu’une grossesse ne ressemble pas à une autre. Contrairement à celle d’Antoine, je suis nauséeuse une grosse partie du temps, je suis exténuée en fin d’après-midi. Je ne peux plus avaler une pomme ou des œufs (ça me dégoute). Des envies particulières ? Pas forcément… j’ai envie de fruits, de légumes et de certaines choses que je n’ai pas mangé depuis un bout de temps (baguette, pain au chocolat, croissant, macarons… douce France…). Pour Antoine, j’avais envie de salé. Cette fois, j’ai plutôt envie de sucré. Alors on lance les paris : petite grenouille ou petit koala ?

 

Souvenirs, souvenirs : la naissance d’Antoine, lettre à mon fils

Source : www.histoiredebebe.com

 

Parole de p’tit mec

Posté le 11 octobre, 2012 par misslaure

Les mecs sont bien des mecs, qu’ils aient 3 ans ou qu’ils en aient plus… Pourquoi donc, me demandez-vous ? Petite anecdote à lire ici

 

Le chien, remède contre… l’asthme chez l’enfant

Posté le 14 juillet, 2012 par misslaure

Vous voulez un remède contre l’asthme chez les enfants ? Allez donc adopter un chien ! Curieux, n’est-ce pas ?! Pourtant une étude récente vient de montrer qu’il y a bien un lien entre la présence d’un « toutou » à la maison et la diminution des symptômes de nos jeunes asthmatiques. D’après une recherche lancée par des microbiologistes de l’Université de Californie – San Francisco, les poussières provenant de ces maisons contiennent des micro-organismes qui habitent sur le chien. Ceux-ci renforcent le système immunitaire des enfants et les protègent contre le virus respiratoire syncytial, responsable des bronchiolite par exemple et aussi dont l’un des symptômes est l’asthme.


« Dans cette étude, on a trouvé que, quand des souris ingèrent une solution avec de la poussière qui vient de maisons dans lesquelles vivent des chiens, elles sont protégées contre le virus respiratoire syncytial (VRS)« , explique Dr Kei Fujimura.

Fujirama et ses collègues ont étudié et comparé 3 groupes d’animaux : des souris ayant ingéré une solution contenant des « poussières de chien » avant d’être infectées par le virus VRS, des souris infectées par le virus et n’ayant pas été en contact avec la poussière et un groupe « témoin » non infecté.

« Les souris en contact avec la poussière n’ont montré aucun symptôme associé à la contamination par le virus respiratoire comme une inflammation et la production de mucus. La composition de leur système gastro-intestinal était différente de celui des souris non exposées à la poussière,” continue Fujimura.

D’ailleurs, il a été constaté que la poussière des maisons avec un animal domestique (chien ou chat) comprend une collection de microbes bien distincte de la poussière des maisons sans animal.

Ceci nous conduit à penser que les microbes dans les « poussières de chien » doivent coloniser le système gastro-intestinal, modifier les réponses immunitaires et protèger l’hôte contre le VRS responsable de l’asthme, » ajoute Fujimura. “Cette étude représente la première étape vers la détermination de l’identité des espèces microbiennes qui confèrent une protection contre ce virus respiratoire.”

 

Pour résumer, les animaux stimulent les défenses immunitaires de l’enfant car ceux dont les familles possèdent un chien sont moins sujets à l’asthme. Les microbes modifient la réponse immunitaire en réaction au vilain virus. Il ne reste plus qu’à développer cette voie de recherche : affaire à suivre, un vaccin pour les bronchiolites ? Définitivement, le chien est bien un ami de l’Homme.

 

A lire :

La télé Française en Australie

Posté le 6 juillet, 2012 par misslaure

Vos séries télévisées préférées vous manquent ? Vous voulez continuer à suivre vos émissions favorites Françaises à l’autre bout de la planète ? C’est possible avec LBF Australia, « Le Bouquet Français », la télévision française vous suit jusqu’en Australie.

Créé en 2001, LBF Australia propose une quarantaine de chaines, radio et services en Français, pour les grands ou les plus petits. Il est le seul opérateur en Australie à répondre à l’attente de la communauté francophone et francophile. Il y en a pour tous les goûts : cinéma, sport, information, découverte, jeunesse, musique, cuisine, etc.

LBF Australia est une filiale de CANAL + Calédonie. Les programmes sont diffusés aux horaires de la Nouvelle Calédonie.

Notre petite famille trouve toujours son bonheur avec les chaines disponibles (TF1,Canal+ en clair, Gulli, Ciné+ Emotion, etc.). Cependant, l’accès aux différentes chaines est restreint. Ce n’est pas parce que vous êtes abonnés à une filiale de Canal+ que les émissions codées de Canal + vous parviennent en clair. Toutes les chaines de France Télévision sont inaccessibles, sauf France O. On ne reçoit pas non plus les chaines du groupe M6. Mais comme je vous ai dit plus tôt, chez nous, on trouve toujours notre bonheur. Et puis, ce qui compte finalement, c’est de pouvoir s’asseoir sur le canapé et de ne plus avoir à réfléchir en anglais et de se laisser aller (voire s’endormir). C’est aussi pour Antoine que nous avons souscrit à ce bouquet : les programmes de jeunesse (Gulli, TFou, etc.) lui permettent de rester en contact avec la langue de sa Maman.

Maintenant, si vous êtes vraiment intéressés, il faut compter environs 50 dollars par mois plus les frais d’installation. N’hésitez pas à me contacter pour bénéficier des avantages du parrainage ! (remise de 100 $ sur l’installation, remise de 50 % les 4 premiers mois, parabole offerte). Contactez-moi ou laissez un commentaire avec votre nom, votre e-mail, votre téléphone et votre adresse, et LBF vous contactera)

www.lbf.com.au

www.histoiredebebe.com