Archives de catégorie : Non classé

Le temps…

Halte! Au voleur!! On me l’a kidnappé, dissimulé, enfoui, bouffé…

Pfiouuuut envolé le temps! En tout cas, celui des 3 derniers mois… Mon dernier article date de 2012 et ça me paraît inconcevable. Pourtant… Il datait d’avant l’écho morphologique, ce moment magique des 22 SA où nous avons pu voir la bouille de notre petit gars pour la 1ère fois. Où le spécialiste a pu nous annoncer que le 2e morceau de placenta était bel et bien remonté et que j’allais donc pouvoir reprendre une vie normale.

Une reprise difficile physiquement… Car mon dos s’étant dé-musclé, ma sciatique me faisait claudiquer les 1ers jours. Et mes douleurs ligamentaires sont revenues à la charge dès la reprise de la station debout prolongée. L’horreur. Puis mon corps a semblé se ré-acclimater…et ce sont alors de nombreuses contractions qui ont fait leur apparition, me conduisant aux urgences de la mater’. Conclusion: utérus contractile. Délivrance d’un certificat de 10 jours. Non-utilisé. Pas que je m’en vante, non…Mais à partir du moment où la gyné de garde m’affirmait qu’il n’y avait pas mort de future mum primipare, je savais que je pouvais gérer.

Entretemps, m’ayant fait copieusement sermonner sur mes kilos pris (ouais ouais, bon ça va…), j’ai également eu droit au super test d’hyperglycémie provoquée. 75 grammes de glucose à ingérer (dilué un chouïa tout de même, on n’est pas des bizus) et 3 prises de sang étalées sur 3h (au labo de mon hôpital). Et c’est là que je me suis rendue compte que les mamans déjà passées par là avaient été bien sado (ou revanchardes) parce que j’avais entendu un monceau de trucs flippants sur c’t'affaire: « c’est trop dégueu-moi j’ai tout vomi et on m’a forcé à recommencer-je suis tombée dans les pommes-on m’a explosé les veines-c’est loooooooong à mourir, etc etc … ». Bon, faut avouer que du coup, moi j’en menais pas large :-( . Alors que finalement, l’épreuve la plus pénible pour moi fut d’y aller à jeun (faiiiiiiiim mwaaaaaa). Le reste, ben… une gentille infirmière m’a posé un cathéter (mes veines l’en ont remerciée), une pds à jeun puis une petite bouteille de liquide un peu épais avec un goût vaguement orangé dans le coco, une autre pds après 1h et une dernière encore une 1h après. The end of the story. Ah oui: et interdiction de quitter l’hosto sans avoir mangé, au cas où je me mangerais le trottoir. Donc, du pipi de chat pour nous autres, ex-fivettes :-)

Un mois et demi plus tard (il y a une semaine), nouvelle écho chez gygy Grand-chef Mal Luné (c’est de plus en souvent, je trouve et ça devient franchement désagréable). Résultats du test gesta: une glycémie un peu trop haute à jeun, sans doute un reste du super bar à tapas qu’on a visité la veille au soir (hum, ben quoi ??). Pesée. Nouvelle engueulade sur mon poids et gygy décide, furax, de m’envoyer chez la diabétologue et la nutritionniste. « Ca vous apprendra! Vous voilà au régime jusqu’à la fin de votre grossesse!! ». Un moment, j’ai cru qu’il allait ponctuer ses vitupérations avec un « Nananèreuh! ». Mais non. Dommage, parce que ça l’aurait rendu quand même plus rigolo. Bébé va super bien: presque 40 cm et 1kg 400. A ma question: « Et c’est bien ?? Il est dans les normes? ». Réponse: « LUI, oui. VOUS, non. » Euh, ça commence à être relou, là…Par contre, mon col est raccourci à 34 mm au lieu de 40 le mois précédent. C’est pas alarmant mais retour à la case repos.

Je profite donc de mon congé patho, à commander les dernières petites affaires de bébé, à commencer les lessives, à imaginer ce bébé tant désiré, tant attendu. Et pour rendre les choses encore un peu plus concrètes: nous nous sommes inscrits ce soir pour une visite complète de notre maternité (quartier de naissance compris). L’accouchement n’est pas (ou en tout cas, pas encore) une source d’angoisse ou de peur, pour moi: j’ai entamé une prépa à domicile avec une SF que je connais bien et je me dis que le jour J, mon corps saura quoi faire. Bon, je compte bien demander la péri tout de même, hein (je ne me fais pas confiance à ce point-là :-) ) !

Publié dans Non classé | Un commentaire

La bonne blague!

Placenta bipartite praevia.

A vos souhaits.

Kécéça ??

Un placenta dédoublé avec un des 2 morceaux recouvrant le col de l’utérus.

Ah ah! La fête, hein ? En fait, non. Pas vraiment. Il n’y avait qu’à voir la tête de Gygy Grand-chef indien. Il nous annoncé qu’il allait falloir faire notre deuil d’un accouchement par voie basse et que les mois qui allaient arriver s’annonçaient sous le signe d’un repos strict: un effort inconsidéré ou des contractions pourraient déclencher des saignements important de la zone qui unit les 2 placentas, sans doute fort vascularisée. Avec, à la clé, un risque d’hospitalisation en MIC (Maternal Intensive Care, une unité spécifique enclavée dans notre maternité). Pour cela, l’écho morphologique du 25 janvier prochain sera hyper importante et on a de la chance: le médecin qui réalise ce type d’écho dans notre hôpital est une pointure dans son genre. On sait que le diagnostique sera plat, impersonnel (il est réputé pour être peu empathique) mais précis et fiable à 99%.

Ah oui: j’allais oublier la prescription d’un antibiotique! « Car une amniotite est si vite arrivée, hein Mme B.! On ne va pas risquer en plus une fissure de la poche des eaux: on y tient, à ce bébé! ». Sans blague…

La bonne nouvelle, c’est que notre gaillard, là, dans mon bidou, n’a pas l’air de souffrir de la situation: hyper tonique, il est en plus au-dessus des courbes. 18 cm tête-talon et 250 gr (au lieu des 160/170 qu’il devrait faire). La cantine a l’air d’être bonne, ça me console des 8 kilos déjà pris, accentués par une rétention d’eau précoce. Hier, alors que je disais à gygy que je le sentais encore assez peu, il nous a fait un fait un show qui a duré jusque dans le milieu de la nuit: et que je te fiche des petits coups de pieds, et que je me retourne tout plein. Cet enfant protestait peut-être contre cette longue écho, allez savoir!

En sortant de là, munie de mon certificat d’incapacité, on était tous les deux un peu sonnés, avec Chat d’Amour… La conception de notre bébé avait été médicalisée. Son suivi, ainsi que sa naissance, le serait définitivement aussi. Tout se bousculait dans ma tête: images de césarienne, moi enfermée à la maison les 4 prochains mois (genre, lionne en cage), moi hospitalisée (genre, besoins dans le bassin).

La flippe totale.

J’ai juste eu le temps de repasser au magasin, annoncer à une équipe prostrée et une adjointe sous le choc que je ne revenais que pour dire au revoir…pour 9 mois!

Depuis, je suis hyper attentive aux signaux de mon corps, avec conséquence anxiogène à la clé, évidemment: quand on pense que tout roule et que lors d’une banale visite de contrôle, on vous trouve un truc chelou,…on se dit que niveau intuition (encore une fois hum), on se pose-là.

Et je frissonne rétrospectivement avec horreur au souvenir des caisses soulevées, des escaliers tortueux montés cent fois les bras surchargés de fringues, des échelles traînées après moi dans des couloirs encombrés…qui auraient pu provoquer une rupture utérine. Je sais: c’est idiot, stérile, ça ne sert à personne…mais on le veut tellement, ce mini-nous… que maintenant j’ai pris stupidement le contre-pied. A moi le canapé les jambes surélevées dès que possible, les promenades de mamie, les aliments sains! Je serai le plus parfait cocon pour notre bébé: qu’au moins je compense ce vilain placenta tout biscornu ;-) !

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les idées reçues sur le 1er trimestre…ou pas.

Toutes les grossesses sont différentes…quoique.

Il y a tout de même des symptômes qu’on a toutes endurés…et plein d’histoires de légendes urbaines qu’on a du ingurgiter, stoïques, venant de mémé/tatie/lacopinequiajamaiseudebébé.

Certains symptômes sont attendus comme le messie par chaque femme désirant un  enfant…mais les premiers qui sont désespérément scrutés par les pmettes: ce sont les symptômes de grossesse post-transfert. Pour ma part, la fameuse intuition caractérisant la future maman s’est carrément posée là: pour moi, c’était encore fichu, point. Rien ne différait de mon super spm habituel et j’ai fait un test pipi uniquement pour pouvoir arrêter les 3 ovules de progesterone/jour. Waouw.

Quoique.

Avec le recul, il y a quelques petites choses qui auraient pu me mettre la puce à l’oreille: troubles du sommeil à partir de J7 post-transfert de mon blasto (cauchemars, insomnies), sciatique en rogne au même moment et chat habituellement asocial collé à moi 24/24h. En cause: la fameuse hormone de grossesse, championne pour perturber le sommeil, relâcher les ligaments et perturber nos chers animaux de compagnie :-)

Les VRAIS symptômes sont arrivés bien après, n’en déplaisent aux nausées qui m’ont assaillies dès que mon test a viré au rose: psy-cho-lo-giques ;-) ! Parce que c’est la montée du taux BhCg qui les accroît et à genre 3SG, il est rarement très élevé… Sont apparus très vite (à 5 SA): les seins gonflés et douloureux, les pipis la nuit (l’utérus en grossissant comprime la vessie), les douleurs ligamentaires et…l’acné. A 6SA, je fanfaronnais toujours: quasi pas de nausées, nananère !

Raté. J’ai été noyée de nausées (pas matinales, ce serait trop simple: de la fin de matinée, en crescendo jusqu’au soir) dès le lendemain du jour où une de mes collègues me disait « mais t’as trop de chance: moi j’ai été malade comme un chien ».

Et c’est encore le cas aujourd’hui, avec en prime ce goût atroce de sang dans la bouche qui ne me lâche pas. Et des douleurs ligamentaires toujours musclées et qui avec fourberie changent de visage avec l’avancée de la grossesse: de tiraillements lancinants, je peux parfois ressentir des pointes fulgurantes jusque dans les cuisses. Autre souci  d’une trivialité extrême :-) : les problèmes intestinaux, causés par le mélange hormones + utérus qui grossit. D’où des gazs à longueur de temps, le repas de midi qui se digère au moment de prendre celui du soir et la constipation. Et un appétit qui ferait pâlir Gargantua: résultat + 4kg ! Et la libido…entre gerbito, dodo à 21h et le bidou qui tire: le NEANT.

Euuuh, y a t-il des avantages à être enceinte, me diront celles qui n’ont pas encore pris leurs jambes à leur cou ? Oui: des seins qui sont passés d’un petit 80 B à un 100 C, une jolie peau, des cheveux tout brillant (que tu pourrais faire de la pub pour l’Oreal), un bô bidon tout rond. Et puis surtout, surtout: l’impression d’être une amphore pleine d’un liquide précieux! Chat d’amour célèbre mon ventre enfin fertile à longueur de journée (genre qu’il pourrait presque m’ériger en divinité et me danser autour), les gens sont tout choupinous (sourires chamallows, félicitations empressées ou émues) et le voisin de palier qui aurait préféré avant me passer dessus dans les escaliers se précipite pour porter mes paquets (ne pas hésiter à laisser ostensiblement ouvert manteau et cardigan et pousser légèrement son bidou en avant).

En bref, de toutes les nouvelles aventure, celle de la grossesse est la plus belle.

Surtout qu’il y a parfois de quoi rigoler sous cape quand:

1° On vous dit que, pendant la grossesse, si on éprouve une peur soudaine il ne faut surtout pas poser les mains sur son ventre: le bébé naîtra avec un stigmate physique de cette peur (au choix: une verrue, une verrue sur le nez ou pas de nez du tout, tiens). Véridique et ça ne venait pas d’une mémé décatie mais d’une collègue bien plus jeune que moi.

2° Pour éviter les nausées, il faut manger un truc au lit avant de poser les pieds par terre. Résultat: tu vomis ENTRE ton lit et les toilettes parce que tu n’as eu que le temps de te lever à moitié.

3° Si tu manges sucré: une fille (le contraire pour un garçon, évidemment). Tu prends de partout ? Encore une fille. Tu as LE MASQUE (n’insistez pas, je ne sais toujours pas ce que c’est… Peut-être qu’un matin tu te lèves avec la tête du Joker dans Batman, va savoir): c’est un garçon. Le calendrier chinois est IN-FAI-LLIBLE: tu as ovulé le 5 septembre et tu as 35 ans: une fille! Résultat: je prends de partout, j’ai pas LE MASQUE DE GROSSESSE (?) et le calendrier nous a prédit une fille: paf, it’s a boy, folks !

Prochaine étape: nouvelle écho le 27 décembre avec résultats du tri-test. Et puis j’attends avec impatience de sentir mon loulou bouger pour la 1ère fois…

Et c’est tout…pour le moment ;-) !

 

Publié dans Non classé | 2 commentaires

It’s a boy !!

Ben tiens! On était encore plus cinglés pour cette écho: on allait enfin avoir la clarté nucale…et surtout vérifier l’efficacité de mon intuition maternelle en recevant la confirmation que je portais une princesse.

Hé ben je repasserai niveau intuition maternelle, comme dirait l’autre :-) : à peine sur le fauteuil (non sans que j’aie fait remarquer au préalable à un gygy sceptique que mon poids s’était stabilisé à + 3,5 kg), Grand-chef indien s’est mis à rire. « C’est un garçon! »

Moi: « Hein?

-Oui, là: regardez!

- Ah nan nan je ne vois rien!! Hé pis y’a rien qui remonte, là! Hein, Chat d’amour??

- Mais enfin, Mme B.! Regardez-LA: vous voyez bien à quel point ça dépasse ?!!

- Ah ben d’accord, alors » lui ai-je concédé, complètement sonnée. C’est alors que, me retournant vers mon homme, je le vis sautiller sur place avec le poing en bouche, visiblement en train de réprimer un cri de joie guttural.

C’est aussi là que des centaines d’années d’évolution se sont gommées en un clin d’oeil, alors que je peux constater la complicité (ou devrais-je dire ‘connivence’) qui s’établit dès lors entre les 2 individus de sexe mâle de la pièce. Blague sur les longueurs de zigounette de la gent masculine , rires gras et tapage sur les cuisses. Consternation.

Rhabillée et de retour dans son bureau, il me donne les papiers pour le tri-test, toujours aussi hilare (nan nan, ça ne me tape pas sur les nerfs) et me confirme que ma grossesse se déroule bien, malgré les fortes douleurs que j’ai endurées ces derniers jours. En cause: des ovaires encore gros (because dernière Fiv) et un utérus qui remonte, bousculant là-dessous toute une série d’organes afférents.

Sur le chemin du retour, on se regarde et on éclate de rire: la pression retombe, notre bonheur nous éclate à la figure. Un ptit mec! On appelle nos parents, ainsi que le parrain (je n’ai pas encore fait ma demande à la marraine): et nous voilà de nouveau embarqués dans la machine à remonter le temps! Les papys pleurent: « la relève est assurée », on me remercie (Nan mais de rien ??). J’appelle mes collègues (qui ont vécu les 2 Fiv pas à pas avec moi) et elles se bousculent au téléphone en hurlant de rire: elles m’avaient toutes prédit une fille, sauf une. J’ai le coeur léger comme une bulle de savon: malgré mes assurances de porter une pépette, j’appréhendais nos futures liens. Because? Des rapports très difficiles avec une mère omniprésente, intransigeante et jalouse… de mes 12 ans à jusqu’à très récemment. Je sais que je me serais battue pour ne pas reproduire le schéma…mais jusqu’où va dans ce cas-là l’inconscient ?

Savoir le sexe concrétise fort ce bébé: à peine rentrés, on s’est jeté sur les décos de chambre de ptit gars, de fringues, de doudous,… On a repris les prénoms qui nous plaisaient, LE prénom qui nous emballé dès que prononcé.

Mais ça… Chuuuuut, ce sera notre petit secret pendant encore 6 mois ;-) !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Echo des 11 SA

Cette écho où on allait calculer la clarté nucale est une étape importante… pour ce petit bout, pour moi. Car je n’arrive toujours pas à croire que tout se passe au mieux, que je suis la seule dans le trio des fivettes devenues enceintes du forum qui n’a pas eu de décollement placentaire ou d’hématome. Je me dis qu’il va y avoir une couille dans le potage, quelque part, que la clarté va être mauvaise ou suspicieuse. Que le tri-test va foirer.

Je trouve que ce rdv est un peu tôt pour mesurer la clarté nucale mais on est tellement content de revoir notre étoile!

Et en effet, gygy mesure et nous annonce une clarté nucale « à priori » de 1 mm mais Chouchou mesurant 4,6 cm, il nous déclare d’emblée qu’il faudra revenir dans 2 semaines, tout en mettant pour la 1ère fois le doppler en marche.

Et c’est la musique des anges qui se déverse par le haut-parleur !! Ces battements de coeur me retournent les tripes, et inexplicablement, emmène le mien à chevaucher de concert avec lui: il s’emballe, le bougre! Il explose presque dans ma poitrine, les larmes me montent aux yeux. Je me tourne vers mon homme, tétanisé lui-aussi, incapable de détacher ses yeux de l’écran, où ce presque-foetus ressemble déjà à un bébé avec ses mains et ses pieds si délicats, ses doigts et ses orteils bien formés.

Au moment où je dis à gygy qu’il ne bouge pas beaucoup, on voit notre crevette qui rue, agite les bras et nous tourne le dos, sans doute outré qu’on dérange sa sieste! Je reste bouche bée et me tourne une nouvelle fois vers mon homme: je crois que c’est là que je prends conscience que ce bébé grandit dans mon ventre, que c’est déjà une petite personne, que je suis déjà maman. Le futur papa est au bord des larmes, lui aussi: on est sous le choc, sous le charme. On vient de tomber amoureux, d’un bloc.

Je dévore l’écran des yeux, à la recherche du bourgeon génital (oui, on ne se refait pas :-) ): et je crie que le bourgeon est parallèle au sacrum!! C’est une fille (en même temps, c’est ce que je crois depuis le début et je n’en démord pas)! Gygy est mort de rire: c’est trop tôt évidemment. Comme si je ne le savais pas ;-) : le bourgeon génital peut se relever jusqu’à la 15e semaine. Rien n’est joué (mais je SAIS que c’est une fille, na)!

Euuuuuh par contre, j’ai oublié de dire que gygy m’a taquinée sur le poids pris depuis le début: 5 kilos! Aouch :-( … En même temps, depuis que j’ai vu bibou aussi clairement, il n’est plus question désormais de me gaver avec n’importe quoi: je mange donc du raisin au lieu de cookies et une tartine grillée au lieu d’un paquet de chips quand j’ai une fringale. Ca ne calme pas mes nausées mais au moins, ça me donne meilleure conscience… mais je reviendrai dans un article suivant sur tous les bobos du 1er trimestre, promis ;-)

Prochaine écho: le 19 novembre!! Et si bibou veut bien, on saura si on s’apprête à accueillir un prince ou une princesse :-) !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Echo des 8 SA

On était encore super en avance…et pourtant le cabinet est un poil de zigounette plus près que l’hôpital mais vraiment, il faut croire qu’on kiffe trop les salles d’attente.

Et pourtant non. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour me rappeler l’odeur de désinfectant de la salle d’attente de notre pma, enclavée (maladroitement, je trouve) dans la maternité de l’hôpital: 3 planches de contreplaqué et hop, le tour est joué! Evidemment, dans cette salle d’attente, vous ne trouvez que des magazines de déco ou de jardinage et les nombreux couples qui patientent évitent à tout prix de se les passer après les avoir feuilletés: la stérilité contamine la population mondiale en âge de procréer mais le malheur aussi est contagieux et chacun regarde la pointe de ses chaussures. Il est idiot de croire que la pma rapproche les couples infertiles: elle les parque seulement dans une salle d’attente où tout est fait pour ne pas évoquer la natalité. Et elle les laisse seuls avec leur chagrin et leur honte.

Nous retrouver après 9 mois de pma dans une salle d’attente normale nous enchante: heureusement que la salle est vide car à nous voir, on pourrait croire qu’on déambule dans Main Street, Disneyland. On se marre pour un rien, on saute sur toutes les brochures: 9 mois, Baby & Me, Votre Grossesse et on les entasse comme des crevards dans notre cabas. En pouffant comme des midinettes hystériques. On prend même plusieurs exemplaires identiques pour avoir les échantillons gratos…Irrécupérables, les gens. On est entourés, que dis-je cernés!, par des faire-parts de naissance: ça déborde jusque sur le bureau de la secrétaire. Le choc. Le jour et la nuit. Ici, notre gygy fait pousser des bébés. Pas des follicules.

Dès qu’il ouvre la porte, il sourit et ça nous change des mines renfrognées qu’il arborait au centre de pma: décidément, ici tout est différent! Il me pèse (déjà 2 kgs dans les dents, paf!) et me dit qu’il m’autorise 1 kg/mois jusqu’à 6 mois et ensuite 2 jusqu’à l’accouchement. D’ailleurs, il nous redemande la date du terme que Lise nous a communiqué à la pma et on sourit jusqu’aux oreilles: « le 28 mai ». C’est pour moi une chose que je croyais il n’y a pas si longtemps n’avoir jamais à dire: « mon accouchement est prévu pour le 28 mai ». C’est ce qui est inscrit sur mon attestation de grossesse et je ne m’en lasse pas! Oui oui, c’est moi la fille enceinte!!

J’ai droit au test pipi et puis, c’est l’écho endo-vaginale, avec mon homme tout fébrile à ma gauche. Il met 2 secondes à le trouver et quand il dit « le voilà », je me rends compte que j’étais en apnée! Mais aussitôt, je cherche les battements de son coeur et je ne vois rien: c’est la panique! Gygy se marre et il zoome: « du calme, regardez: c’est son coeur, là. Ce gros truc dans sa poitrine ». En effet, toute angoissée de chercher son coeur, je n’avais même pas remarqué que notre bibou avait vraiment la forme…d’un bibou: une tête (certes, énorme), une ébauche très claire de bras et de jambes et un coeur en effet comme une pompe bien musclée! A ma demande d’entendre le coeur, il me rétorque qu’utiliser les ultrasons sur un si petit bonhomme lui déplaît fortement et on acquiesce, gagné à sa cause: pas de risque inutile!

Prochaine écho le 5 novembre: hâte, hâte! On sera à 11 SA, et ensuite, on pourra (avec moins de peur au ventre) annoncer la bonne nouvelle autour de nous!

Publié dans Non classé | Un commentaire

Jour J (ou le 1er d’une longue série :-) )

On s’est rendu au centre pma comme dans un rêve: avec l’impression de faire un seul pas au lieu de 4 :-)

Le centre de facturation est bondé: il y a 42 personnes avant nous et c’est donc déjà le stress! Pourvu que notre gygy soit en retard (en même temps, l’inverse serait proprement incroyable, à moins qu’il n’ait été désavoué par ses pairs Grand-chefs indiens depuis pour excès de ponctualité)…

On arrive dans la salle d’attente avec à peine 10 minutes de retard et…on a à peine le temps de s’assoir que c’est déjà à nous.

Ensuite, tout va si vite, tout se bouscule: le docteur F. fait irruption avec notre Lise sur ses talons, je m’installe et hop, la sonde est en place: je scrute anxieusement l’écran et je me dis que ça fait tout bizarre de chercher autre chose que des follicules, pour une fois! Panique: je ne vois rien! Il est censé être où, d’ailleurs ?? Et ressembler à quoi ??

« Le voilà! »

Kè? Ah oui! Il nous montre le sac vitellin, mesure l’embryon: « 6 mm! Tout à fait conforme pour 6 SA +2! Et là, le clignotement, c’est le coeur qui bat! »

Il est tout content de lui, le bougre! Je sens vaguement la main de mon homme me broyer l’épaule et on rit, on rit: j’ai l’impression d’être saoûle, c’est une sensation incroyable! Il regarde mes ovaires, qui sont encore très gros à cause de la stim’ et chaque fois qu’il repasse sur notre petit loup, on se remet à rire comme des ravis de crèche, c’est irrépressible et ça fait un bien fou!

« Tenez, monsieur: ses 1ère photos! » et il tend à mon homme les clichés de l’écho.

J’entend confusément les félicitations du staff, tout autour de nous et là, le franc tombe: c’est seulement maintenant qu’ils considèrent que je suis enceinte! Cette écho a été décisive sur notre parcours tout neuf et je me rend compte que le Tg positif n’est pour eux qu’un jalon précaire, finalement… Quand je pense à la somme d’espoirs fous que nos 2 TG avaient soulevés… à mes topines de forum…

Cette 1ère écho est, dès que rentrés à la maison, collée manu militari sur le miroir de la salle-de-bain. Je la regarde depuis, chaque matin, et je n’arrive toujours pas à réaliser…Ni les effroyables nausées, les seins gonflés et les vertiges n’arrivent encore à me convaincre que ces 2 clichés représentent l’intérieur de mon corps. A l’endroit du coeur, une tache plus vive… Bats-toi de toutes tes forces, mon petit. Reste avec moi. On t’attend déjà, avec ton papa…

Publié dans Non classé | 4 commentaires

1ère écho J-2

Ces 10 derniers jours sont passés avec l’irréalité et la lourdeur d’un film de David Lynch…

j’ai beau essayer de rester sereine (j’ai tout de même résisté à la tentation de courir chez mon médecin de famille pour faire une 2e pds :-) )… notre 1ère écho est attendue comme le miracle de Noël!

Car, pour avoir constaté le nombre de FC ou de grossesses non-évolutive de mes topines sur le forum: chat échaudé craint l’eau froide…

Tout de même, 1ère constatation: des symptômes sont apparus très tôt et depuis vont en s’amplifiant, ce qui aurait tendance à invalider la théorie de la grossesse non-évolutive.

A moi les chutes de tension accompagnées de nausées à tout moment de la journée, alors que je CREVE littéralement de faim (bizarre, non ;-) ). Des tiraillements ligamentaires musclés (aïeuh!), des seins comme des pastèques (je dois les soutenir la nuit chaque fois que je me lève pour vider ma vessie, c’est-à-dire 2 à 3 fois par nuit) et des dégoûts d’odeur aussi variés qu’inconstants!

En bref: des problèmes de riche, quoi!

Une topine, enceinte avec 2 jour de grossesse en moins au compteur, a du être hospitalisée à cause de la rupture d’un kyste consécutif à la fiv: à la clinique, on lui découvre alors un hématome placentaire, heureusement sans gravité. Mais depuis: repos forcé. Ca calme, non? Surtout à seulement 3 SG (ou 5 SA, comme aiment compter nos gygys)…

Alors cette écho… On l’attend et on l’appréhende si fort…

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Abracadabra!

2.

C’est le nombre de tests qu’il a fallu pour que j’y croie. Enfin, au moins un peu!

Samedi dernier, mes douleurs de spm étant devenue trop lourdes, j’avais acheté un TG (Predictor Early, avec une sensibilité à 12,5 ui de HCG) à faire mardi, à 14 DPO (J-9 post transfert). Uniquement dans le but de pouvoir stopper mes ovules d’Utro et ainsi laisser venir mes règles.

J’étais au bout du rouleau…usée par 2 nuits d’insomnie, des crispations lombaires et pelvienne. Marre de tout. De ce parcours stérile, de moi et de mes ovocytes pourris, de tous ces traitements qui me rendent malades, du regard triste de mon homme quand il m’entend déclarer à tout bout de champs que c’est mort, encore foutu pour cette fois.

Lundi matin, je décide d’avancer mon TG: plus vite j’aurai mes reds, plus vite on pourra prendre rdv pour relancer une nouvelle Fiv (hé oui, mes jérémiades n’ont, bien entendu, pas remis en cause notre lutte une seule seconde).

Je regarde à peine le TG et je le dépose sur le lavabo, où je l’abandonne pour ce qu’il est: un moyen dispendieux et cruel de casser le moral de toutes les fivettes de ce monde.

Et quand j’y reviens: 2 lignes roses fluo!!!

Et voilà que je me retrouve à secouer mon TG comme si c’était un thermomètre dont je voudrais faire redescendre la température: « Mais merdeuuuuuh, j’ai acheté un Tg périmé ou quoi ??! »

Je vérifie sur internet: non, ce type de test ne provoque JAMAIS de faux positif. Ah. Je dois être enceinte, alors. Sauf que c’est impossible: là, je vais être réglée, c’est clair! Mal au dos, mal au bide, insomnies la nuit.

Je me décide à réveiller mon homme en le prévenant d’emblée de pas s’emballer: « Un test à 12,5 ui, c’est quand même hyper sensible/Je sens que mes reds n’attendent que l’arrêt de l’Utro pour débarquer/je suis sûrement la seule nana qui fait un faux positif avec cette marque de TG ». Chat d’amour biffe toutes les mentions: il est sûr que c’est bon.

Moi ?? Je décrète que je veux un 2e test moins sensible pour le lendemain matin et m’enferme dans le déni pour la journée.

Le lendemain aux aurores (après m’être levée 2 fois pour faire pipi la nuit écoulée): j’ai carrément les genoux qui tremblent sur les toilettes. Pire que des maracas: on doit m’entendre à l’autre bout de la ville. J’attends à peine une minute et le test annonce un + qui clignote comme un sapin de Noël! Une minute de plus et il me diagnostique « enceinte de 2 à 3 semaines »! Là, c’est plus des maracas, c’est la ligue des joueurs d’osselets de la Nouvelle-Orléans dans ma salle-de-bain. Je réveille mon homme qui se met tellement à rire qu’il manque de tomber du lit! Ce matin-là: je lui vomis presque dessus à sentir son eau de toilette et à midi, rebelote pour une odeur de café torréfié.

Je décide d’avancer ma prise de sang de 2 jours et le lendemain, on fonce jusqu’à la clinique où Lise nous voit arriver avec des sourires jusqu’aux oreilles.

« Vous avez triché, hein ?

- Yep!

- Combien de fois ?

- 2 fois.

- Nan mais! En plus, c’est seulement vendredi que deviez venir !!

- Yep!

- Bon…De toute façon, il faudra revenir contrôler les taux vendredi ou lundi: vous savez qu’ils doivent plus ou moins doubler tous les deux jours ? Moui, c’est idiot de vous demander ça: évidemment que vous l’avez lu quelque part sur internet, HEIN ?! »

Impossible de prendre un air coupable. Je me marre même quand elle me pique. Irrécupérable, la fille :-) .

Elle me rappellera à 13h pour me donner mes taux de BHCG: 360 ui!! Largement au-dessus de la moyenne ;-) ! Je ne dois même plus y retourner pour le contrôle des taux, me dit-elle et c’est là qu’elle m’annonce le truc de fou: « Rdv pour votre 1ère écho le 03 octobre à 9h20, Mme B. »

Hein?? Ma « 1ère écho » ?! Oh my god!

Je suis enceinte !!!!

 

Publié dans Non classé | 4 commentaires

J-6 post-transfert

J’ai mal au bide: Fait.

J’ai des nausées: Rêve.

J’ai des boutons qui commencent à s’inviter: Fait.

J’ai des veines sur les seins: Rêve.

Mes angoisses qui me tiennent éveillée, la nuit: Fait.

Crises intempestives de pipi: Rêve.

Dire que je n’irai plus débusquer 1000 témoignages de fivettes tombées enceintes sur la toile: Fait.

Débusquage de 1032 témoignages de fivettes tombées enceintes sur la toile: euh…Fait.

Regarder dans le catalogue Ikea pour racheter une armoire de bureau supplémentaire: Fait.

Regarder dans la catalogue Vertbaudet pour acheter une chambre de bébé: Rêve.

Etre sereine, rester sexy, drôle et pétillante:

REVE REVE REVE ET ENCORE REVE !!!

 

Publié dans Non classé | 5 commentaires