Archive pour la catégorie ‘Les examens’

6- Le diagnostic tombe

Vendredi 19 décembre 2008

 

Juin 2008, je recommence le test de Hunher. Mais pour ne pas y aller pour rien, j’achète pour la première fois des tests d’ovulation.

Un dimanche matin, mon test est positif !!! Je vais donc ovuler demain ! Je me jette sur mon compagnon et dès la première heure le lendemain matin, j’appelle le labo pour dire que j’arrive.

Spéculum, lampe, jambes écartées… et le soulagement d’entendre le biologiste me dire que je suis venue pile au bon moment !! Il m’envoie attendre dans la salle.

Au bout de 10/15 min, il vient me trouver et me demande d’aller dans son bureau. Le ton n’est pas bon, sa tête non plus….

« Je suis désolé mais le test montre 1 spermato pour 3 champs alors qu’il en faudrait 10/champ à ce stade du cycle. »

Euh…. traduction ?

« Il n’y a pas assez de spermatos présents dans votre col pour espérer une fécondation naturelle. »

Je suis blanche, j’écoute, je hoche la tête. Et ? La suite ?

« Je pense que votre gynéco va vous diriger vers une insémination artificielle… »

Je me retrouve sur les mêmes marches qu’il y a un mois et je pleure… Je n’arrive plus à m’arrêter. Impossible d’avoir un bébé naturellement… ça y est, le diagnostic est tombé…

Et là, la peur est apparue. La peur de la suite, la peur de n’avoir jamais d’enfant, la peur de dire à mon compagnon que son problème est un vrai problème…

Notre maison avance et moi j’ai du mal à digérer la nouvelle. Mes rêves naïfs d’emménager avec un gros ventre ou un berceau me semblent ridicules et tellement inaccessibles.

Pendant les mois qui suivront j’aurai du mal à me projeter dans notre futur chez nous, à la base construit pour y mettre une famille…

5- 2ème série d’examens

Vendredi 19 décembre 2008

Je retourne donc voir ma gygy qui me rassure. Son taux est bas mais pas tant que ça, ce n’est pas catastrophique.

Elle nous donne alors de nouveaux examens. Je dis nous mais c’est plutôt moi. Et ce sera moi quasiment tout le temps. Et oui, en PMA, c’est la femme qui doit faire face à la plupart des procédures, examens, inconvénients, douleurs, piqûres,…..

Nous sommes alors en mai 2008. Ma meilleure amie a accouché et je supporte de moins en moins de voir ou d’apprendre une grossesse…. Et je n’arrête pas de compter les mois qui se sont écoulés.

J’ai donc une hystérographie à faire. C’est le nom barbare de radiographie des trompes avec injection de produit de contraste.

L’examen est douloureux, très douloureux. Ce n’est pas le cas pour toutes les femmes mais moi je supporte mal le speculum (saleté de petit bec de canard froid!) et plus la personne tourne pour « écarter » plus je me mords les lèvres. Faut dire, j’étais assez tendue !

Mais, RAS !! Mes trompes vont bien !

Je viens donc de faire l’examen que l’on appelle « le colle-bébé ». Le liquide nettoie souvent les trompes et facilite le passage des zozos. Cele me redonne espoir. J’y crois ! Le chemin est dégagé, c’est bon !!

J’enchaîne avec un examen que l’on appelle le test de Hunher. Il sert à voir la progression des spermatos dans le col de l’utérus quelques heures après un rapport.

C’est reparti, il faut calculer le bon moment et « faire l’amour ».

12 heures plus tard, je me retrouve les jambes écartées devant un inconnu du laboratoire qui a une petite lampe de spéléologue sur le front. Il me prélève un peu de glaire et me dit d’attendre dans la salle d’attente, il va me donner les premiers résultats.

Ils ne sont pas bons….. L’examen montre que ma glaire tue les zozos !! Mais en même temps, il n’a pas été fait au bon moment car mon col est fermé, je ne suis donc pas en période d’ovulation…. Bilan, je dois revenir dans 2 jours.

Encore un rapport programmé et de nouveau la lampe de spéléo 48 heures plus tard… Toujours la même conclusion: l’examen est fait trop tôt. L’inconvénient d’avoir des cycles plus ou moins réguliers.

Je suis dépitée sur les marches du laboratoire. Fatigue, frustration, stress,…

La gynéco au téléphone me confirme que les résultats ne sont pas fiables car pas faits le bon jour. Je refuse de recommencer ce mois-ci. Je suis fatiguée, je ne veux pas demander plus d’absences au boulot….. ça attendra le mois prochain. Attendre, encore attendre…

Sur le forum pendant ce temps, les annonces de grossesses pleuvent. Je suis contente pour les filles mais c’est dur… Je prends la décision de le quitter. Pour ne pas y penser tous les jours.

4- 1ère série d’examens

Vendredi 19 décembre 2008

2008, je décide de prendre rdv chez un autre gygy en espérant me sentir prise en charge.

J’ai rdv en mars. Il me tarde !

Que les mois passent lentement… Mon moral est au plus bas, on me met sous anti-dépresseurs et mon compagnon est inquiet. Ben oui, je n’arrive pas à relativiser…. Attendre, je ne fais que ça. J’attends l’ovulation, j’attends mes rrrr. Mon espoir renait et s’effondre à chaque cycle. Je fais l’erreur de faire des tests de grossesse de temps en temps… et je finis en larmes dans les toilettes. Rajoutez à ça les gens qui continuent à me dire que j’y pense trop…

Mon rdv finit par arriver. Je ressors de là avec des ordonnances !!! Une prise de sang pour vérifier mes taux hormonaux et un spermogramme pour mon homme. Chouette, les choses avancent ! S’il y a quelque chose, on va le trouver, le surmonter et on aura notre bébé !!!

Mais, 1er coup de massue:

Chez moi, tout va bien mais le spermogramme révèle que les spermatozoïdes de mon chéri ne sont pas assez nombreux. Certes, ils sont normaux, mobiles et vivants mais il n’y en a pas assez….

Et là, j’ai du faire face à la culpabilité de mon compagnon et à son angoisse. « Tout est de ma faute… ».

C’est digéré depuis mais ca a été dur pour lui.