Archive pour décembre 2009

23- L’adoption

Jeudi 3 décembre 2009

Nous avons assistés à la réunion du conseil général sur l’adoption. Réunion de 4h30…. 3h30 d’informations et d’explications en tout genre suivies de questions et 1h de vidéo.

 

Cette réunion était essentiellement basée sur les chiffres de l’adoption, histoire de savoir dans quoi on s’engage et la réalité de l’adoption depuis 3/4 ans. Et bcp d’explications sur la procédure d’agrément et la commission qui statue.

Les options qui s’ouvrent à nous après l’agrément (nationale, internationale, AFA, OAA,…) seront expliquées lors d’une deuxième réunion une fois l’agrément obtenu.

 

Ce qui en ressort (je vais essayer d’ordonner mes souvenirs ! Mais attention, ça concerne le conseil général de l’Aude et il y a peut-être des choses propres à chaque département):

 

Il vaut mieux se marier avant ou pendant l’agrément car après, c’est bcp de paperasse pour changer l’agrément et le mettre au même nom… D’ailleurs, on peut demander à suspendre la procédure de 9 mois pour pouvoir se marier. Il vaut mieux retarder la commission de qlqs mois si nécessaire.

 

Il y a une personne référente qui gère notre dossier + une assistante sociale et un psy qui vont nous donner rdv pour des entretiens. On ne peut pas faire plus d’un entretien par mois car cela « remue » un peu parait-il et que ça nous laisse du temps pour nous préparer au suivant. Les entretiens peuvent être en couple ou individuels ou les deux et c’est le professionnel qui choisit. Pour l’assistante sociale, il y a au moins un rdv à domicile (mais là encore, ça dépend de la personne…).

 

Lors de la procédure, on peut demander à être réévaluer par d’autres professionnels si on estime qu’on «  ne se reconnaît pas » dans ce qu’on dit les premiers. Soit on fait cette demande dès le début et il n’y a qu’un compte-rendu présenté à la commission, soit on fait cette demande après le 1er compte-rendu et dans ce cas-là, il y en a 2. Mais attention, toute demande de changer de professionnels rallonge la procédure.

 

On nous a prévenu que les entretiens étaient rudes et qu’on pouvait avoir l’impression d’une véritable intrusion dans notre vie privée avec des questions très personnelles…

Ne pas hésiter à montrer que l’on a peur, que l’on ne sait pas tout et poser des questions.

 

J’ai demandé si le fait de continuer en parallèle le parcours PMA pouvait donner suite à une évaluation « défavorable » de la part de la psy. Faut-il avoir fait le deuil de toutes les procédures ? Son conseil: être honnête.

Par contre, si une grossesse survenait, il faut suspendre la procédure d’adoption car cela change le profil et doit donner lieu à une nouvelle évaluation. De plus, elle déconseille fortement de mener de front adoption (pas forcément la demande d’agrément) et une grossesse car c’est très dur pour tout le monde et ça peut mettre en péril le bien-être d’un enfant adopté.

 

Tout au long de la procédure, l’équipe nous aide à définir notre dossier à savoir: l’âge, le nombre d’enfants, handicap ou non, pupille de l’Etat ?, de quelle origine ?. On remplit une demande finale qui constituera le profil de notre agrément. Profil qu’ils étudient lorsqu’un enfant est présenté à l’adoption.

 

3 semaines avant que la commission ne se réunisse, on reçoit une copie du dossier qui leur sera présenté et on peut alors rectifier toute erreur administrative (adresse, prénom parents…), toute erreur concernant le profil d’enfant souhaité ou bien, ne pas être d’accord avec le compte-rendu psy et demander une 2ème équipe (si on ne l’a pas déjà fait au cours de la procédure car c’est juste 1 fois). Si on choisit de recommencer le bilan, on est quasiment reparti pour 9 mois…

 

Au bout de 9 mois, la commission statue et donne ou non l’agrément. On peut demander à venir parler devant la commission, mais ce n’est pas obligatoire, ce n’est pas non plus « bien-vu ou mal-vu ». C’est si on en ressent le besoin. A savoir que ça n’aura que très peu de poids face au bilan des professionnels qui nous auront suivis.

 

Si c’est négatif, les raisons sont expliquées et on peut faire « appel ». C’est alors une personne plus haut placée qui reprend notre dossier et donne le verdict final…

Dans le cas d’un refus, il faut attendre 30 mois pour représenter une demande d’agrément et la procédure recommence.

 

Si c’est positif, l’agrément est valable 9 mois mais il est A CONFIRMER CHAQUE ANNEE PAR COURRIER AVANT SA DATE ANNIVERSAIRE.

Depuis plusieurs années, l’adoption s’est tellement ralentie que certains couples arrivent au bout des 5 ans sans avoir eu d’adoption. Dans ces cas-là, le conseil général anticipe et les contacte au bout de 4 ans pour leur demander s’ils veulent renouveler. Si c’est le cas, une « mini » procédure recommence mais il n’y a pas de « délai de carence » et le couple ne risque pas de passer à côté d’une adoption entre les 2 agréments.

 

Sinon, en réponse à une de mes questions, pour se voir confier une pupille de l’Etat entre 0 et 1 an, il faut compter 4/5 an d’attente…

 

Chaque enfant étant unique, c’est suivant ses besoins que le conseil de famille qui « attribue les enfants » va dresser des critères qui vont permettre de sélectionner des dossiers et de choisir une famille.

 

Les enfants pupilles de l’Etat audois sont adoptés par des couples audois, en faisant toutefois attention à la géographie. On s’éloigne le plus possible du lieu de vie de la mère ou des parents biologiques.

Et dans le cas d’acouchement sous X avec pbs de reconnaissance, il essaye même de proposer l’enfant à d’autres départements.

 

Voilà en gros tout ce qu’on nous a expliqué….

 

Après discussion avec mon homme, nous allons faire la demande d’agrément très vite. J’avais un peu peur de ne pas faire face au mariage, à la PMA et aux entretiens psy, tout ça en même tps mais lui est serein. Et puis, ce qu’on voulait c’est gagner du temps si jamais on devait passer par l’adoption donc il ne serait pas logique dans notre démarche d’attendre…

 

De plus, on fera certainement une demande pour une pupille de l’Etat de 0 à 3 ans. On ne se sent pas les épaules pour l’adoption internationale. Un enfant oui, mais pas un enfant au prix de notre santé physique et mentale et pas au prix de notre couple…

******************************************************************************

Après avoir réuni tous les papiers, notre dossier est parti en janvier 2010.

1er février 2010, le conseil général accuse réception de notre demande d’agrément et nous donne les coordonnées de l’assistante sociale qui va nous suivre. Pour le psy, il faudra attendre un peu car ils attendent de savoir qui c’est.

 

Rdv pris avec l’ASS le vendredi 19/02/10 à 10h.

******************************************************************************

 

1er rdv avec l’AS aujourd’hui. A priori, ça s’est bien passé. Entretien assez décousu donc difficle de se rappeler de tout mais voilà un peu les sujets de conversation:

 

- notre parcours professionnel et où on enseigne. Bon point d’être enseignant.

- la famille est-elle au courant, nous soutient-elle ? (on reparlera plus longuement de notre situation familiale la prochaine fois)

- pourquoi notre démarche d’adoption ? On a expliqué qu’on était toujours en PMA. J’ai demandé si cela posserait pb mais apparemment pas, du moment qu’on est au clair avec ce qu’on attend des 2 démarches.

- la réalité de l’adoption de nos jours, plus ou moins notre projet pour l’instant, de manière très abstraite: voir grandir un enfant adopté et les questionnements de sa part qui surgiront un jour.

 

On a un autre rdv le 24 mars et il y en aura 4 en tout dont un chez nous. Quant au psy, ils attendent un nouveau post mais pas avant mai et 3/4 rdv avec lui.

 

Voilà